Logo de Bitcoin (BTC) Bitcoin (BTC)

Site officiel
Valeur actuelle :
8471,020320€
+1.39%
(1h)
+5.19%
(24h)
+1.26%
(7j)

Bitcoin est actuellement la cryptomonnaie n°1 en termes de capitalisation sur les marchés des cryptos, avec une capitalisation boursière de 143 013 271 205€. Son symbole officiel est BTC. 16 882 650 BTC sont à cet instant en circulation. La quantité maximale de BTC disponibles sera à terme de 21 000 000.

C'est quoi Bitcoin ?

Il y a tant à dire sur le Bitcoin qu'on pourrait en écrire des pages... Mais on va essayer de rester succincts !

La mère de toutes les cryptomonnaies

Même si le concept de cryptomonnaie existait déjà bien avant le Bitcoin, on peut malgré tout considérer que c'est la toute première "véritable" cryptomonnaie. Déjà parce que c'est celle qui a initié le grand public au concept de la blockchain et au monde des monnaies virtuelles, mais aussi car elle a été la première cryptomonnaie à se baser sur la décentralisation, qui constitue l'un des aspects fondamentaux (et géniaux !) de la révolution des cryptos à laquelle nous assistons aujourd'hui. La décentralisation désigne le fait qu'aucune institution, aucune entité majoritaire, aucune banque ne contrôle le réseau Bitcoin. Le code source est entretenu par un consortium de développeurs volontaires, et des millions de mineurs à travers le monde garantissent, par le travail de leurs machines, l'intégrité, l'inviolabilité et la pérennité de la blockchain, la "base de registres des transactions" bitcoin.
Le Bitcoin est également toujours, à l'aube de 2018, la principale monnaie virtuelle d'échange, que ce soit dans les modes de paiement acceptés par certains commerçants, mais également dans l'accès aux autres cryptomonnaies (la grande majorité des exchanges n'acceptant pas les monnaies "fiat" (conventionnelles), il faut généralement d'abord transformer ses euros, dollars, yens... en Bitcoins, pour pouvoir acheter d'autres monnaies virtuelles ensuite).

Petit historique

Le concept du Bitcoin voit le jour en 2008 sous la plume d'un certain Satoshi Nakamoto, dont l'identité reste à ce jour mystérieuse. Cette personne (ou ce groupe de personnes) publie un white paper (livre blanc) succinct de 9 pages sur un nouveau système de "monnaie électronique en peer-to-peer", que vous pouvez aisément consulter sur le site de bitcoin.org. Dès les premières lignes, l'auteur décrit le réseau bitcoin comme un moyen simple d'effectuer des paiements entre deux entités sans recourir à un intervenant tiers, telle qu'une institution financière par exemple. La fameuse décentralisation dont nous parlions plus tôt.
Il propose également une solution à la problématique du "double-spending", grand cheval de bataille des cryptographes du monde entier depuis les années 90. Sans entrer dans les détails, il s'agit de faire en sorte, dans une transaction numérique entre deux personnes, que les fonds sont bien légitimes et n'ont pas déjà été envoyés à un autre individu (d'où la désignation "double-spending"). La solution à ce problème majeur réside dans la vérification de chaque transaction enregistrée dans la blockchain. En version courte, le réseau assure au réceptionnaire des fonds qu'ils sont légitimes en contrôlant et en garantissant leur origine, tout simplement.

Le code source du réseau bitcoin voit réellement le jour en 2009. Au mois d'octobre de la même année, le premier taux de change du Bitcoin en dollars établit sa valeur à 0,001$...

Aspects techniques du réseau

Le Bitcoin, c'est avant tout un logiciel. Un ensemble de règles, de processus et de protocoles basés sur la cryptographie, dans le but d'entretenir la blockchain du réseau - une base de registre de toutes les transactions, de la génération du premier Bitcoin jusqu'à aujourd'hui. Ceux qu'on appelle les mineurs sont chargés d'assurer l'intégrité de cette base de registre. En d'autres termes, l'historique de toutes les transactions Bitcoin de l'histoire est en permanence répliqué, copié par l'ensemble des mineurs de la planète.

Le fonctionnement de "remplissage" de cette base de registre est le suivant : toutes les 10 minutes, les mineurs rassemblent les données de toutes les transactions en attente d'être traitées, formant ainsi un nouveau "bloc". Ceci fait, ils vont ensuite s'atteler à trouver ce qu'on appelle un "hash valide" pour ce bloc : une chaine de caractères complexe issue de l'encryptage des données de toutes les transactions. À l'issue de cette étape, les mineurs ayant été les premiers à trouver ce hash sont récompensés. En plus des frais de transactions payés par les particuliers, le réseau "crée" à chaque fois une quantité établie de Bitcoins. À l'heure où nous écrivons ces lignes, cette quantité est de 12,5 BTC. On peut donc dire qu'il se crée 12,5 nouveaux Bitcoins chaque 10 minutes, 75 Bitcoins chaque heure, 1800 Bitcoins chaque jour.
Nous faisons référence à 12,5 BTC "à l'heure où nous écrivons ces lignes" car ce montant est divisé par deux tous les 4 ans, selon le souhait de Satoshi Nakamoto. Initialement il était émis 50 nouveaux BTC par bloc, puis 25 depuis 2012 et enfin 12,5 depuis 2016. Le prochain "halvening" (c'est le nom populairement consacré de cette "division des reversements en BTC", contraction des mots anglais "halving" qui signifie "réduire de moitié" et "happening", "évènement"), qui portera donc l'émission de nouveaux Bitcoins à 6,25 BTC par bloc, devrait survenir aux alentours de juin 2020.

La taille maximale des blocs a été fixée par Satoshi Nakamoto en 2010 à 1Mo. Il faut comprendre qu'une transaction en Bitcoins, indépendamment de son importance en valeur (0,0001BTC, 1BTC, 100BTC...) possède un "poids" en octets : elle est matérialisée par une chaine de caractères, comprenant (grossièrement) la ou les transactions d'origine des fonds, le montant de la transaction ainsi que le destinataire.
L'émetteur des fonds ajoute au montant à transmettre ce qu'on appelle des "fees", ou frais de transactions. Ces fees sont libres (vous pouvez très bien tenter de passer une transaction avec 0 fees si ça vous chante), mais il faut bien comprendre que plus vous en mettez, plus vous aurez de chances de voir votre transaction traitée. Les mineurs ont, tout logiquement, tendance à privilégier les transactions qui les rémunèrent bien pour leur travail, plutôt que les autres.
NB : vous pouvez aisément surveiller le montant moyen des fees à l'heure actuelle en vous rendant sur le site charts.bitcoin.com.

Cette taille maximale des blocs est un choix délibéré et réfléchi du créateur, dans l'optique de limiter la mainmise de sociétés ou d'organismes tiers sur le réseau bitcoin : avec des blocs émis toutes les 10 minutes d'1Mo seulement, la blockchain ne peut au maximum augmenter en taille que de 6Mo par heure, 144Mo par jour, 4,3Go par mois. Ce qui permet au réseau de rester "accessible" à n'importe quel particulier ayant un disque dur "de capacité raisonnable". À l'heure où nous écrivons ces lignes (février 2018), l'ensemble de la blockchain bitcoin pèse 147Go.

Aspects techniques utilisateur

Tout ça c'est bien beau me direz-vous, mais comment fait-on pour posséder des Bitcoins, pour réaliser des transactions, tout ça tout ça ? Eh bien tout simplement comme dans la vraie vie, il va vous falloir un "portefeuille", communément appelé par son petit nom anglais, le wallet. Ce wallet, ce n'est ni plus ni moins que l'association d'une clé publique et d'une clé privée, générées par cryptage asymétrique.
La clé publique, comme son nom l'indique, c'est l'adresse de votre portefeuille, celle que tout le monde peut voir sur la blockchain, celle que l'on inscrit dans les transactions à votre attention... La clé publique, c'est un peu comme l'adresse de votre profil Facebook si vous préférez : ça permet de vous trouver, on peut vous envoyer des messages... Mais ça n'est en aucune façon un accès permettant d'éditer votre profil Facebook.
Votre clé privée en revanche, c'est le code de votre carte bleue, la clé de votre coffre-fort, c'est celle que vous ne devez dévoiler à quiconque, il faut la protéger et la stocker dans un endroit le plus sûr possible (idéalement "hors ligne"). C'est tout simplement elle qui vous permettra de vous identifier en tant que propriétaire des fonds qui sont inscrits sur la blockchain sous votre clé publique. En d'autres termes si vous perdez la clé privée ou si on vous la vole, vous perdez tout, il n'y a pas de retour possible. C'est là l'un des points sensibles du système, le revers de la médaille à posséder l'entière emprise sur ses fonds, c'est qu'aucune autorité supérieure ne pourra vous aider si vous perdez cette précieuse donnée. À titre d'information, il est aujourd'hui estimé qu'environ 20% des Bitcoins du réseau sont définitivement inutilisables par le jeu des clés privées perdues, par les oublis, les disques durs qui lâchent sans copies de sauvegarde des clés... On ne le redira jamais assez mais vos clés privées sont la prunelle de vos yeux, vous devez les conserver hors ligne et a minima en 2 ou 3 copies entreposées à des endroits différents (pour éviter les incendies, les inondations, etc etc...)

Où acheter des Bitcoin ?

Bitcoin bénéficie d'un statut un peu particulier sur le marché des cryptos. De par sa position historique, c'est, avec l'Ethereum, l'une des seules cryptomonnaies d'entrée sur les marchés des exchanges, celle qu'il vous faudra avoir pour pouvoir investir dans d'autres cryptomonnaies. Il n'est donc pas très pertinent de stocker tous les exchanges où vous pouvez en acheter. En revanche on peut vous dresser la liste des sites que nous connaissons où vous pouvez échanger vos monnaies "réelles" pour des Bitcoins.
En cours de réalisation...

Où gagner des Bitcoin ?

Nous n'avons pour le moment aucun faucet à Bitcoin à vous présenter. Dès qu'on en sait plus, on vous dit tout ici :)